Trockin'

Le trockin' est une discipline consistant à débattre sur des articles écrits par le staff et évoqués par des artistes de divers horizon. Ceci afin de renseigner les visiteurs sur tout type de sujet qui les touche, et d'en débattre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le GOANA au Sénégal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skyjoe
Admin
Admin
avatar

Messages : 133
Date d'inscription : 25/03/2009
Age : 36
Localisation : Paris

MessageSujet: Le GOANA au Sénégal   Ven 17 Avr - 12:11






RAP

Pacotille est un rappeur Sénégalais qui s'est intéressé à la politique dès ses débuts dans le rap.
De jeune rebelle contre le gouvernement, il est passé à un homme plus mature et posé, ce qui a poussé le président Abdoulaye Wade à faire de Pacotille l'ambassadeur des jeunes du pays.

Le président incarne « le Sénégal émergeant qui donne et compte sur sa jeunesse en la mettant devant ses responsabilités historiques pour prendre en main son destin », soutient le rappeur.



Pacotille a rappé, entre autre avec Youssou N'Dour dans son album Taxi du Rouss sorti en 2007.

Clip avec Nancy



Dans son single en feat avec Viviane, une jeune chanteuse Sénégalaise, il incite ses concitoyens à adhérer en masse au programme GOANA, la Grande Offensive Agricole pour l'Alimentation et la Nourriture.




ARTICLE


Le GOANA est une offensive agricole lancée en 2008 par le président Abdoulaye Wade, qui vise à mettre un terme à la dépendance alimentaire du Sénégal et vivre de ses propres productions.



En 1960, le Sénégal devient indépendant. La France, pays colonisateur, avait imposé aux paysans de cultiver l'arachide, mais certaines autres des productions vivrières (destinées à la population locale) avaient été éventées par l'importation de cultures étrangères, telles que le riz d'Indochine par exemple.
Lorsque la France cesse de soutenir le prix de l'arachide qui représentait à peu près 80% des exportations du Sénégal, les revenus des paysans et du pays diminuent fortement.

En 2008, les pays du sud n'arrivent pas à survivre face à la concurrence des pays occidentaux.
Les agriculteurs des pays du nord recoivent d'énormes subventions alors que les Africains sont sous-payés.
Bon nombre de pays du tiers-monde, soumis à la corruption de leur dirigeants, privilégient l'exportation au détriment des cultures destinées à nourrir la population locale.

Les nations du sud tentent de s'en sortir, soit par des aides extérieures, comme le PAM (Programme Alimentaire Mondial) :



"Le PAM est la plus grande organisation humanitaire du monde et fournit une aide aux pauvres souffrant de la faim dans 80 pays. Depuis sa création en 1963, le PAM, dont le siège est à Rome, a investi 30 milliards de dollars E.-U. et utilisé plus de 47 millions de tonnes de produits alimentaires pour combattre la faim, promouvoir le développement économique et social et fournir des secours dans les situations d'urgence."


soit en menant des politiques innovatrices, comme le GOANA au Sénagal.

Le GOANA "prévoit, en l’espace de 6 mois et à partir du mois d’octobre, une production de deux millions de tonnes de maïs, trois millions de tonnes de manioc, 500 000 tonnes de riz paddy et deux millions de tonnes pour les autres céréales (mil, sorgho, fonio). Pour l’élevage, les objectifs portent sur une production de 400 millions de litres de lait et 435 000 tonnes de viande.

Son coût est estimé à 344 milliards de francs CFA."

(Source : http://www.au-senegal.com/+Grande-offensive-pour-la+.html)



Mais la politique du GOANA a été largement critiqué par les économistes Sénégalais pour qui les objectifs seraient irréalisables (manque de terres cultivables, par exemple). De plus, ils estiment que le programme favoriserait les chefs locaux peu intéressés par le sort de la population.

"Ce sont les gros producteurs, les chefs locaux, les marabouts qui vont profiter de l'aubaine. Grâce à leurs relations dans l'administration, dans les collectivités locales et dans le parti au pouvoir, ils vont recevoir en priorité les plus grosses quantités d'intrants. L'administration va les favoriser car, avec la pression des autorités de l'Etat, elle ne pensera qu'à faire du chiffre et donc à donner à ceux qu'ils pensent être à même de semer les plus grandes surfaces. Ceux-ci vont profiter largement des subventions de l'Etat et des distributions gratuites de groupes motopompes et de tracteurs. On l'a déjà vu dans la vallée et dans le bassin arachidier avec le matériel importé d'Inde, ce sera encore le cas. L'Etat va encore enrichir les plus riches, ceux qui ont le moins besoin d'être aidés et qui n'ont besoin que de bons prix d'achat de leurs productions. Les paysans défavorisés recevront ce qui restera et quand l'hivernage sera trop avancé pour que les intrants soient bien valorisés. Avec les élections locales prévues en début 2009, le clientélisme politique va fonctionner à fonds."

(sce : http://fr.allafrica.com/stories/200804240718.html?page=2)

Skyjoe, 17 avril 2009
Revenir en haut Aller en bas
http://www.publibook.com/boutique2006/detail-4279-PB.html
 
Le GOANA au Sénégal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trockin' :: Articles du portail :: Société-
Sauter vers: